Rechercher
  • luvialilithfilms

MA SŒUR A LE CANCER : TRANCHE DE VIE

Ma sœur a le cancer. Nous l'avons appris en mars dernier.


Dans la jeune quarantaine, en couple heureux depuis 15 ans, fière-mère de deux fillettes, employée satisfaite, sportive et attentive à son alimentation + aucune hérédité de ce type de cancer dans la famille. Bref, un diagnostic sorti de nulle part. Il va sans dire que cela m’a bouleversée. C’est fou comme nous sommes ignares de notre mortalité jusqu’à ce que nous nous retrouvions face à une telle épreuve.


Ma sœur et moi avons toujours été proches ; parfois amies, parfois ennemies, mais toujours presque «symbiotiquement» connectées. Plus jeunes, on nous prenait pour des jumelles, alors que nous avons deux ans d’écart et que nous ne nous ressemblons pas vraiment. Pratiquement siamoises, nous étions inséparables.



Onde de choc


Et si je la perdais ? D’autant plus que celle-ci se questionnait depuis un certain temps sur son envie de vivre, ce qu’elle nous a dévoilé lors d’un souper de famille. Pas parce qu’elle était malheureuse, au contraire, mais parce qu’elle avait le sentiment d’avoir tout vécu, tout expérimenté, et que la suite ne serait qu’une répétition d’événements passés, avec quelques variations. Elle se demandait même si elle n'avait pas commandé cette tumeur inconsciemment.


En perte de sens, ma sœur avait sombré l’année précédente dans une «légère» dépression, comme elle aime à le dire. Blasée, démotivée, à la croisée des chemins, elle ne savait plus trop dans quel projet s’investir, dans quelle cause déployer son trop-plein d’énergie. Parce que c'est une missionnaire, ma sœur. Et il n'y a rien de plus triste qu'une missionnaire sans mission.


Ensemble


Toute notre vie [ou presque], ma sœur et moi nous sommes soutenues. C’est elle qui m’a donné l’ultime coup de pied pour que j’entre à l’INIS, alors que j’étais enceinte de ma fille et que cela impliquait de l’envoyer à la garderie dès l’âge de cinq mois. C’est moi qui l’ai soutenue moralement, quelques années plus tôt, en développant un projet avec elle, alors qu’elle était paralysée durant des mois par des hernies discales.


Il suffira toujours que l'une soit découragée, désillusionnée pour que l’autre relève ses manches pour l’épauler, lui faire voir les choses autrement, et lui insuffler une nouvelle dose d’espoir dans ce monde rempli d'obstacles et d'incertitudes. Et que dire du plaisir que nous avons toujours eu ensemble...


Non seulement je ne pouvais pas la perdre, mais je souhaitais l'aider à retrouver une raison de vivre. J’avais envie de la revoir heureuse, épanouie et accomplie... de retrouver la sœur joyeuse, drôle et positive avec qui j’ai passé mon adolescence et ma vie de jeune adulte. Bref, dès l’annonce de la nouvelle, j’ai eu envie d’être près d’elle et de l’accompagner jusqu’à ce que nous arrivions à bout de ce sale cancer.


Espoir et renouveau


Étonnement, à travers cette épreuve, ma sœur a finalement «repris du poil de la bête». Elle qui avait l’impression d’avoir tout vécu s’est finalement dit : «Ben coup donc, je n’ai pas encore vécu ça, un cancer, faque… let’s go, bring it on!». Elle qui était à la recherche de son prochain défi en a reçu un de taille directement de l'univers, à la hauteur de sa force intérieure.


À ce jour, elle a donc traversé sa radiothérapie et sa chimiothérapie avec le sourire, beaucoup d'humour, une envie de vivre renouvelée et le désir d’aller de l’avant à travers différents projets comme la création de méditations pour enfants et la rédaction d’un livre pour enfant sur le cancer et la résilience.


Missionnaire un jour, missionnaire toujours. En dépit de sa situation et de ses traitements, ma sœur a retrouvé un sens à sa vie en tentant de donner un maximum d’attention et de soutien aux gens qui l’entourent et qui en ont besoin.

Faire vivre cette histoire pour inspirer l'espoir


Quant à moi... mon travail de réalisatrice constitue à donner vie à des histoires humaines, en particulier des histoires de femmes qui traversent des épreuves et qui font preuve de résilience. Alors, je lui ai demandé si elle aimerait que nous écrivions un court métrage sur son histoire, sur notre histoire.


Bref, en plus de travailler à temps plein comme monteuse d’une télé-réalité chez Sphère Média, de continuer à développer en parallèle deux projets qui me tiennent à cœur (mon long métrage Sous la neige et ma série La Prescription), nous travaillerons cet hiver sur ce nouveau projet.


La vie est faite de courbes et remplie de surprises. Ma sœur se bat pour sa vie. Je me bats pour mes rêves. À deux, nous avons toujours été plus fortes. C'est pourquoi, ENSEMBLE, nous vaincrons la maladie et atteindrons nos objectifs.


Lilith Films est toujours à la recherche de collaborateurs et de commanditaires pour ses projets dans le but de déployer sa mission visant à favoriser l'inclusion des femmes et des personnes marginalisées dans le milieu contingenté du cinéma et de la télévision.

341 vues0 commentaire